×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

Fonction publique territoriale : la hausse des effectifs tirée par les réformes du gouvernement

Christian Schwier 75200390 ecole enfants activitesLa hausse des effectifs de la fonction publique territoriale, en 2014, s'explique une fois encore par les nouvelles contraintes nées de la loi. En effet, la réforme des rythmes scolaires a suscité de nombreux recrutements dans la filière animation... Ce qui a largement contribué à la hausse de 1,5 % des effectifs territoriaux.

Les filières animation et sportive se taillent désormais la part du lion parmi les contractuels territoriaux, même si la filière technique domine toujours.

Ainsi, l'étude de l'Insee présentée fin mars évalue à + 0,8 % la hausse des effectifs territoriaux en 2014 en excluant les recrutements sur contrats aidés qui, avec les emplois de l'animation, ont contribué à la croissance des effectifs de la fonction publique territoriale. Ceux-ci frôlent désormais les 2 millions d'agents (1,9815 million) dont 74 % de fonctionnaires. Soit le taux le plus élevé de fonctionnaires au sein des trois fonctions publiques.

76,7 % des agents territoriaux sont en catégorie C, 13,7 % en catégorie B et 9 % en catégorie A. Ainsi, parmi les 23,3 % de contractuels, ceux sur le cadre d'emplois d'adjoint d'animation (11 %) et de la filière sportive (14 %) ne cessent d'augmenter quand les adjoints techniques représentent encore 40 % des contractuels territoriaux.

La plus forte hausse de recrutements revient aux structures intercommunales (+ 3,4 % de progression de leurs effectifs) et aux communes (+ 1,5 %) même si ce dynamisme s'érode par rapport à 2013. Départements et régions ont respectivement augmenté leur masse salariale de 0,5 % et 0,8 %.

Il faut cependant relever la forte précarité d'une frange des nouveaux contrats. 4,6 % des agents territoriaux (90 % de contractuels) subissent une interruption d'activité de pratiquement trois mois dans l'année. Et les bénéficiaires d'un CDD qui ont été recrutés puis ont quitté leur employeur territorial au cours de l'année 2014 ont réalisé en moyenne des contrats de 95 jours. Les contrats aidés ont généralement été un peu plus stables avec une durée moyenne de six mois.

Autre tendance forte, en 2014 comme les année précédentes, la part des agents qui travaillent à temps partiel s'élevait à 28,3 % dans le collectivités territoriales qui comptent près de 61 % de femmes.

 

Lire aussi :

Le Pacte, ce recrutement dérogatoire dans la fonction publique

          Identifiant / mot de passe perdu ?   S'inscrire