Le nombre de recrutements maîtrisé dans la fonction publique territoriale

animateur ecole Atsem GennadiyPoznyakov 95881666Les collectivités territoriales ont mis le pied sur le frein, en 2014, à leurs recrutements. En effet, si les recrutements d'agents contractuels ont légèrement augmentés (+ 0,4 %), en revanche, le recrutement de fonctionnaires territoriaux s'est lui sensiblement tassé.

Le dernier rapport sur l'état de la fonction publique, paru en novembre 2016, illustre très concrètement l'effort soutenu des employeurs territoriaux pour maîtriser leur masse salariale en dépit de l'évolution sensible des périmètres intercommunaux et des établissements territoriaux...

Avec 30 110 recrutements en 2014 contre 34 645 l'année précédente, les collectivités et établissements territoriaux ont réalisé un effort important pour juguler la croissance de leurs effectifs à + 0,8 % hors contrats aidés. Pourtant, les emplois aidés représentent près de la moitié de ces recrutement et ont crû de 20 % en une année !

Ce mouvement confirme malgré tout le ralentissement des recrutements dans la fonction publique territoriale engagé depuis plusieurs années pour maintenir les effectifs au 1,89 million d'agents territoriaux actuels.

Les effectifs se répartissent désormais de façon plus homogène dans les nouvelles régions :

Régions Effectifs territoriaux au 31/12/2014
 Ile-de-France  369 871
 Rhône-Alpes-Auvergne  212 614
 Occitanie  181 428
 Nouvelle-Aquitaine  178 931
 Provence-Alpes-Côte-d'Azur  163 931
 Hauts-de-France  161 480
  Grand-Est  126 901
 Pays-de-la-Loire  93 862
 Normandie  93 738
 Bretagne  92 035
 Bourgogne-Franche-Comté  71 539
 DOM  69 342
 Centre-Val-de-Loire  67 215
 Corse  11 870

Le taux d'administration locale varie de 25 agents territoriaux pour mille habitants en province à 35 agents dans les DOM (plus isolés).

Les agents territoriaux restent très majoritairement des agents de catégorie C (76 %), sont moins nombreux dans l'encadrement intermédiaire (14,4 % en catégorie B) mais ceux de catégorie A progressent doucement pour atteindre les 9,5 % (+ 1,5 % en dix ans).

Des recrutements dopés par l'engagement d'animateurs...

L'envolée, en 2014, des recrutements de contrats aidés (14 200) correspond à la hausse très sensible des recrutements dans la filière animation (+ 6,5 %), tirée par la réforme des rythmes scolaires dans les écoles primaires et le recrutement d'animateurs.

D'ailleurs, le recrutement dynamique d'agents contractuels (+ 0,4 % en 2014), pour atteindre les 19,2% des effectifs territoriaux, tient également aux embauches dans l'animation. Car, hors animation, le nombre de contractuels diminue.

Ce mouvement explique la progression de + 0,6 % des effectifs des communes dont les effectifs accusent  une baisse continue depuis dix ans (- 9 %), dus notamment aux transferts de compétences et de personnels vers les structures intercommunales. À l'inverse, les EPCI enregistrent en 2014 encore la hausse d'effectifs la plus forte avec une croissance moyenne de 2,7 %.

Plus féminine (61,1%), la filière animation est aussi plus jeune avec un peu moins d'un tiers d'agents de moins de trente ans. Et le rajeunissement s'accentuait encore en 2014 dans une fonction publique territoriale à la démographie vieillissante dont l'âge moyen s'élève désormais à 44,6 ans.

Recrutements de fonctionnaires, mobilités et évolutions statutaires

Les recrutements statutaires par la voie des concours a permis de recruter 12 650 nouveaux fonctionnaires en 2014 et 16 000 par la voie des recrutements directs sur le statut de fonctionnaire territorial en catégorie C. En 2014, seules 39 sélections (concours externes et troisième concours) ont été organisées par les CDG contre 47 l'année d'avant.

Une tendance qui s'explique, en partie seulement, par l'organisation de certains concours tous les deux ans.

Quasiment la moitié des lauréats sortent de concours de catégorie C contre 31,5 % en catégorie B et 19,7 % en catégorie A.

Du côté de la mobilité professionnelle, près de 71 000 agents territoriaux ont changé d'employeurs territorial en 2014 tandis que 14 000 autres partaient pour la fonction publique d'État (63 %) ou la fonction publique hospitalière (37 %).

Il est d'ailleurs remarquable que les mobilités inter-fonctions publiques soient très équilibrées en nombre d'agents. Il y a en effet pratiquement le même nombre d'agents de l'État (8 600) à rejoindre la Territoriale quand, dans le sens inverse, ils étaient 8 770 Territoriaux à partir pour l'État. Dans une moindre proportion, le constat est le même avec la fonction publique hospitalière.

Le mouvement de mobilité interne propre à la fonction publique territoriale a concerné les agents de communes dont un quart a rejoint un EPCI. Dans le même temps, les mobilités depuis un EPCI avaient très majoritairement pour collectivité d'accueil un autre EPCI (75%). Un phénomène lié au redécoupage de la carte des intercommunalités et au mouvement de concentration engagé.

Enfin, quasiment 15 % des agents territoriaux contractuels ont changé de statut en 2013, souvent pour être titularisés dans le cadre du dispositif de résorption des emplois précaires.

Et 15 300 fonctionnaires ont, eux, changé de catégorie hiérarchique en 2014, soit 1 % des effectifs de fonctionnaires territoriaux.

 

Lire aussi :

Fonction publique territoriale : légère reprise des recrutements statutaires en 2013

 

 

          Identifiant / mot de passe perdu ?   S'inscrire