×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

RÉFORME DES RETRAITES : addition salée pour les fonctionnaires territoriaux

(Dossier réforme des retraites - La Voix 312 - Juin 2010)

Les fonctionnaires territoriaux seront les grands perdants, et payeurs, de la réforme annoncée des retraites. Avec à la clé la suppression de dispositifs très demandés.

Quatre milliards d’euros d’économie sur la fonction publique. Tel était l’objectif affiché par le ministre de la Fonction publique, le 16 juin, lorsque il a présenté le projet de réforme général des retraites.

La mesure la plus emblématique est certainement le relèvement de l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans en 2018 (+ 4 mois par an) contre 60 ans aujourd’hui. Ce recul, au-delà même de ce qu’il induit, en terme d’allongement de l’activité, a aussi des conséquences directes. L’âge limite de départ à la retraite serait en conséquence repoussé de 65 à 67 ans. Et, l’âge d’annulation de la décote passerait donc à 67 ans.

À la différence d’autres pays européens qui ont fait le choix soit de la hausse de l’âge légal, soit de l’augmentation de la durée de cotisation, le gouvernement a lui opté pour… les deux. Le projet prévoit donc, en plus, l’allongement de la durée des cotisations de 40 ans à 41,5 ans en 2020 - tel que le projetait la loi Fillon de 2003, pour pouvoir bénéficier d’une retraite à taux plein.

DÉPARTS ANTICIPÉS DES FONCTIONNAIRES : DANS L'ŒIL DU CYCLONE

Les fonctionnaires territoriaux vont être particulièrement touchés par une série de mesures restrictives. Ce sera le cas d’abord pour les départs anticipés. Ainsi en est-il de la suppression annoncée du départ à la retraite après quinze ans d’activité (au moins) pour les parents de trois enfants. En 2009, 3 500 fonctionnaires territoriaux (15 % des départs !) ont pu bénéficier de cette mesure. Et, ils seraient les premiers sacrifiés.

Mais le relèvement de l’âge légal induit également un relèvement des départs anticipés de la catégorie insalubre (de 50 ans aujourd’hui à 52 ans) et surtout de la catégorie active, plus nombreuse, (de 55 ans aujourd’hui à 57 ans). Alors que le gouvernement annonce vouloir « prendre en compte l’usure des salariés, en permettant aux salariés qui ont une vie professionnelle plus dure de partir à la retraite plus tôt que les autres », n’y a-t-il pas contradiction ?

Dans les mesures affichées, et comme cela avait été dit avant, le gouvernement s’orienterait aussi vers l’individualisation de la reconnaissance de la pénibilité. Ainsi, un carnet de santé individuel pourrait suivre le salarié et attester de l’usure physique (retracer les expositions notamment).

+ 2,7 % DE COTISATION POUR LES FONCTIONNAIRES ACTIFS

Ce n’est pas tout : les actifs vont également devoir contribuer en réglant le même taux de cotisation que dans le privé : 10,55 % contre 7,85 % actuellement de leur traitement. Le gouvernement a repoussé d’un revers de bras toute l’inéquité de cette décision et, notamment le fait que les primes des fonctionnaires territoriaux ne sont pas intégrées pour le calcul de leur pension CNRACL.

Enfin, durcissement encore pour l’attribution du minimum garanti, la pension minimum qui concerne un fonctionnaire territorial sur deux qui part à la retraite. L’attribution de ce minimum sera conditionné soit à la validation de tous ses trimestres pour une pension complète ou d’atteindre le nouvel âge limite de 67 ans…

Si le gouvernement a annoncé une mise en place très progressive de ces mesures, cette réforme comme la précédente, pourrait produire un effet conjoncturel de départ massif à la retraite (et parfois anticipé selon les DRH interrogés). Le premier effet de la réforme dans les collectivités ?

 

POSITIONS CFTC

La Fnact-CFTC s’indigne du brusque recul souhaité par le gouvernement pour la réforme des retraites, et de mesures annoncées pénalisant durement les fonctionnaires territoriaux.

Une fois encore la logique économique et financière a prévalu sur les réalités auxquelles sont confrontés les salariés et agents publics. Pas de prise en compte de la pénibilité ou vraiment à la marge et de façon individualisée. Un moyen de réduire les prétendants à un départ anticipé pour carrière difficile. Augmentation massive de tous les paramètres sans nuance, etc.

La CFTC déplore les orientations prises et rappelle qu’elle est :

- hostile au recul de l’âge légal de départ à la retraite qui doit rester 60 ans
- contre l’allongement continue de la durée de cotisation
- opposée à une augmentation des cotisations des fonctionnaires tant qu’il n’y a pas de réelle prise en compte des primes
- absolument défavorable à la suppression de mesures familiales comme le départ anticipé pour les parents de trois enfants (après 15 ans de services effectifs) mais aussi de l’alignement de la bonification pour enfant sur les règles du secteur privé
- et évidemment contre le recul de l’âge de départ pour les retraites anticipées alors que dans la balance pèsent la fatigue et l’usure des agents.

 

Lire aussi les Dix affirmations fausses sur la retraite des fonctionnaires territoriaux

Zoom Retraites

Retraites : âge, durée de cotisation, études (...) réformés en 2014 dans la Territoriale

La réforme générale des retraites de 2014 durcit, pour les salariés du secteur privé comme du secteur public, les conditions d’obtention d’une pension.

Les mesures sont désormais applicables aux fonctionnaires et pensionnés territoriaux dans le cadre du régime de retraites CNRACL...

Lire la suite...

          Identifiant / mot de passe perdu ?   S'inscrire