×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 62

bandeau fnact.com2017

Marseille : une négociation donnant-donnant pour le temps de travail des agents

« Nous attendons d'être reçus par l'administration. Mais CFTC et CFE-CGC sommes disposés à revenir sur les 1 567 heures de travail annuel des agents. Seulement, il faudra qu'il y ait de véritables contreparties pour le personnel et le maintien de la semaine de vacances d'hiver », prévient Ludovic Bedrossian, le représentant CFTC des agents de la ville de Marseille.

Alors que la deuxième plus grande ville de France prévoit de revenir sur ses avantages acquis en matière de temps de travail, celle-ci semble laisser place à la négociation. Son objectif : porter la durée annuelle du temps de travail de 1 567 heures aujourd'hui à 1607 heures. Mais le directeur général des services serait disposé à conserver la semaine d'hiver...

Représentants du personnel et administration de la ville de Marseille fourbissent leurs arguments. Les prochaines négociations vont en effet mettre en jeu le régime de temps de travail des 12 000 agents municipaux. Épinglée par la Cour des comptes depuis 2006 sur son régime de travail horaire - qui offre 40 heures de congés supplémentaires (semaine d'hiver) par rapport aux 1 607 heures légales, la mairie prépare le terrain depuis plusieurs semaines.

Elle a ainsi annoncé qu'elle reviendrait sur la durée du temps de travail. Mais elle semblerait également disposée à maintenir l'avantage de cette semaine de congés annuels supplémentaire. Une position qui pourrait conduire les organisations syndicales à la table des négociations.

« Si nous conservons cette semaine d'hiver, nous pouvons accepter de revenir sur la durée annuelle du temps de travail », affiche en effet le responsable du syndicat CFTC, Ludovic Bedrossian. « Il faudra examiner les nouveaux cycles de travail qui pourront être proposés. En revanche, il devra y avaoir une contrepartie pour les agents. Nous demanderons qu'une partie des économies réalisées bénéficient aux agents de Marseille ! »

La Cour des comptes évaluait en effet le coût de cette semaine d'hiver à 10 millions d'euros pour la collectivité.

CFTC et CFE-CGC revendiquent dès lors une revalorisation du régime indemnitaire pour le personnel. Mais leur proposition ne pourra tenir que si l'administration accepte également de mettre en place des cycles de travail adaptés.

« Il faudra de la souplesse pour les agents ! », insiste Ludovic Bedrossian. « Nous ne pouvons rester sur une gestion horaire à l'ancienne. Nous demanderons des plages fixes agrémentées de flexibilité en début, fin ou milieu de journée. Il faudra que ce soit fait de façon intelligente... »

Le militant syndical rappelle d'ailleurs la position favorable de la CFTC à la mise en place des pointeuses. Mais elle indique aussi la nécessité que cela s'articule de façon souple « comme cela se pratique aujourd'hui dans d'autres administrations », et et non un système figé. « Notre administration est en retard sur cette gestion du temps de travail », estime-t-il.

Il faudra attendre maintenant l'engagement de la concertation pour découvrir quel accueil sera fait aux propositions CFTC et CFE-CGC.

 

 

          Identifiant / mot de passe perdu ?   S'inscrire